05/07/2004

LES HAUTS DE HURLE VENT

Heatliff, Catherine, deux êtres, un amour impossible, dont les conséquences se répercuterons sur deux générations dans la campagne anglaise prévictorienne...
 
"Là où la terre est sauvage et le vent glacial, là où les pentes sont hostiles, les esprits peuvent devenir rudes, tenaces. Ils peuvent aussi être incroyablement imaginatifs et poétiques." "Là où la terre est sauvage et le vent glacial, là où les pentes sont hostiles, les esprits peuvent devenir rudes, tenaces. Ils peuvent aussi être incroyablement imaginatifs et poétiques." "Là où la terre est sauvage et le vent glacial, là où les pentes sont hostiles, les esprits peuvent devenir rudes, tenaces. Ils peuvent aussi être incroyablement imaginatifs et poétiques."
 
L'histoire d'un amour impossible entre deux êtres que rien ne lie par le sang, car Heatcliff fut adopté par le père de Cathy... C'est une excellente représentation du côté noir de l'être humain, où l'amour est la seule voie de survie possible. Les personnages se ternissent au contact de cet être sombre qu'est Heathcliff. Une malédiction démesurée, un fantôme errant dans les landes, un vent incessant indicateur d'orages et de malheurs, un amour éperdu entre deux anges démoniaques et deux familles pourchassées par un être desespéré d'avoir vu mourir son âme, son coeur, sa moitié. Reflet d'un être vengeur, un être sans vie et insensible, et de deux familles qui tentent de survivre à sa malveillance pour enfin réussir à éviter la fatalité si évidente. Un roman sans concession, beau, dont on ne se lasse guère, un roman à lire ou à relire absolument...

Il s'agit là d'un classique de la littérature anglaise, écrit par Emily Brontë alors qu'elle n'avait pas même trente ans. Elle n'a toujours vécu qu'au fond d'une province reculée, dans une réclusion presque absolue. L'intrigue du roman reflète ce mode de vie et critique par ailleurs la société prévictorienne.

01:37 Écrit par Anaryane | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.