02/07/2004

JIM GLASS

"Jim Glass est le récit de la vie de ce garçon, une vie simple et heureuse entre sa mère et ses trois oncles, Zeno, Coran et Al, à une époque où la Dépression économique touche les campagnes américaines. Loin des clichés, Tony Earley décrit l’innocence de l’enfance, et sa confusion."
 
Jim Glass vient d’avoir dix ans ; un «miracle» qui a vu, l’espace d’une nuit, son âge passer de un à deux chiffres. Il fait désormais partie des adultes, comme ses oncles Zeno, Coran et Al ; comme sa mère Cissy ; comme son père, mort à l’âge de vingt-trois ans, une semaine avant la naissance du garçon. De lui ne subsistent que les anecdotes racontées par les oncles, l’amour intact de Cissy et ce prénom, commun au père et au fils. Seul Amos, le grand-père paternel, paria exilé dans sa distillerie de montagne après des années passées en prison, est en passe d’atteindre un âge à trois chiffres… Cette dixième année de Jim, riche de métamorphoses et de «premières fois» (de l’installation de l’électricité à Aliceville à l’inauguration de la nouvelle école en passant par la rencontre de Jim avec l’océan et sa prise de conscience de la finitude de toute chose…) est tout le sujet du roman de Tony Earley.

j'ai apprécié ce roman où l'enfant découvre la vie du haut de ses 10 ans, mais malgré tout, l'auteur ayant divisé l'histoire en scènes bien carrées, cette dernière révèle, hélas, surtout les limites, hachant menu l’histoire, s’interdisant de prolonger tout élan, tout souffle, laissant au lecteur un goût d’inachevé, ou plutôt d’inexploré. On aimerait, comme le fait le texte de quatrième de couverture, ranger Jim Glass au côté de tom sawyer , voire de Frankie Addams ; mais le charme ténu de cette délicate chronique de l’Amérique rurale pendant la Dépression ne rappelle que lointainement la force truculente de la saga de Mark Twain.

 
 

18:33 Écrit par Anaryane | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.