02/07/2004

« Ici, le détective - transfuge du PC et de la CIA ! - vit

« Ici, le détective - transfuge du PC et de la CIA ! - vit le tourbillon d'une aventure politico-policière avec le tendre cynisme d'un aventurier gastronome et sentimental. (...) Courageux, pas téméraire, intelligent comme Poirot, stylé comme Marlowe, désinvolte comme Rainer, il choisira de ressembler tout simplement à Carvalho : dans sa recherche de l'assassin, il n'oubliera jamais que, s'il faut manger pour vivre, il faut aussi cuisiner pour survivre, surtout lorsque l'Espagne romanesque de Montalbán, secouée par le meurtre du secrétaire général du PCE, se met à trop ressembler à l'Espagne tout court. »


Je vais parler d'un livre que j'ai aimé. Un des premiers livres mettant en scène le détective privé Pepe Carvalho créé par Montalban au début des années 80.
Un mot sur l'auteur qui s'est fait connaître avec Galindez. Spécialiste de la cuisine catalane, il a préfacé plusieurs ouvrages sur ce thème dont un livre co-écrit avec Eliane Thibault-Comelada. Aimant Polémiquer et bon vivant (les recettes de Pepe Carvalho en sont un exemple) il est mort en 2003 à Bangkok, pays dont il avait parlé dans un de ses romans : Les Oiseaux de Bangkok.


Il s'agit de Meurtre au Comité Central. Le livre commence sur un assassinat, celui du premier secrétaire du Parti communiste espagnol, sur fond de tensions militaires.
Pepe Carvalho, le catalan, va redécouvrir Madrid et des personnes qu'il n'aurait jamais voulu revoir. Sur fond d'enquête menée avec une sérénité totale, les règlements de compte à l'intérieur d'un parti succèdent avec brio aux recettes  de cuisine données par Pepe.


Un livre assez intéressant sur une Espagne qui se cherchait encore il y a 25 ans.
Il y a eu une "suite" avec Le Prix. Ce dernier roman est malheureusement difficile à lire (et c'est volontaire de la part de l'auteur) et mène le lecteur dans le monde morbide des "Lletraferits" - les accrolettrés.

Carine

 






19:42 Écrit par Anaryane | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.